Thomas Wolff

Des pensées et des documentations qui ne trouvent leur place nul part ailleurs qu'ici ;).

Une année d’itinérance en famille

Vous venez peut être de le découvrir: voilà 12 mois que nous voyageons en famille à travers la France & les bordures. Lorsque nous sommes partis en mai dernier Naomi était âgée d’1 an. Aujourd’hui elle a 2 ans.

Et c’était une très bonne idée, pour tout le monde, de prendre la route \o/.

Créer sa maison sur roues

Campingcar ↑Juillet 2018. Deux mois après le départ. Poupou (notre chienne de Berger) profite. baleine ↑Août 2018. Papa travaille sur les Aires marines éducatives, Naomi reçoit une baleine. Avant ↑Mars 2018. Deux mois avant le départ. “Y’a fashion police” comme dirait Alyssa. Renovation d'un camping car: après ↑Deux semaines avant le départ. Voir l’article rénovation du camping car.

L’option grands espaces - idéal quand il fait beau

Campingcar3 ↑Juillet 2018: Col de la Biche à la tombée de la nuit pour une soirée avec Christophe et Juliette. Campingcar4 ↑Le off: si tu penses qu’elles sont pacifiques c’est que t’as pas passé la nuit partout.

Le travail & les grands espaces

travail ↑S’il fait beau soit tu vas travailler en pleine nature, soit tu t’installes dehors.

Naomi & les grands espaces

nao ↑Wéééééé des chèvres

no-tv “Et s’il pleut tu peux même re-fabriquer l’ancrêtre de la télé”

Découvrir les articles de blog de Caro: “Voyager avec un jeune enfant

En couple & les grands espaces

no-tv ↑Respirer

L’option village

Comment nous choisissons les villages, dans le désordre

  • les villages qui portent des noms de fromage (on est balèzes à ce jeu là)
  • les villages où vivent les amis, la famille
  • les villages où l’on a lancé des projets
  • les plus beaux villages de france
  • les villages dans des écrins de nature

Campingcar ↑Juillet 2018: Village Grande Rivière (Jura) Fêtedufromage ↑Septembre 2018, quelque part vers le plateau des 1000 vaches. Toujours l’art de se retrouver dans des fêtes de village: ici une des nombreuses fêtes du fromage.

Côté travail & village

travail ↑La journée au village de Saint Lupicin avec un hydrogéologue, la nuit au lac d’Etival

Passer le moins possible de temps sur l’ordinateur et le plus de temps possible à écouter. Remplacer les aller-retours d’e-mails par des repas ou des thés, ou un échange téléphonique où l’on essaye vraiment de créer quelque chose. Pour télétravailler dans un café je mets un casque sur les oreilles et quand je suis de nouveau open je l’enlève et travaille sur carnet papier. Notre joker c’est Poupou, notre chienne de berger qui est mignogne et qui ne met pas longtemps avant d’aller jouer avec tout le monde. Si on a de la chance notre fin de journée finit autour d’un verre où l’on écoute les histoires.

Côté jeune enfant & village

ludothèque ↑Joli espace jeu dans une maison de la nature

Si va pleuvoir durant les prochains jours et que tu es à garé à moins de 1km à pied de 2 de ces lieux t’as le jackpot:

  • piscine avec des commentaires qui disent que l’eau est bien chaude (youhou)
  • médiathèque
  • ludothèque

Côté couple & village

travail ↑La vallée de la Loue, un des endroits qu’on a adoré en couple.

Côté famille

nao2 ↑Septembre 2018: Tata Hélène débarque pour quelques jours dans les Alpes

L’option “les grandes villes”

Un mois d’R’bnb à Rennes du coup on en profite

amies ↑Janvier 2019: Caroline a passé de nombreuses années à Rennes. Du coup: amies-amies. tata-milie ↑Février 2019: Tata Milie et tonton Xav apprennent à Naomi à faire des boutures

L’option “demande à ta fille de quels animaux elle aimerait s’occuper et montre lui les photos”

Il y a beaucoup de personnes qui sont des endroits magnifiques et qui aimeraient partir en vacances: c’est le principe du home-sitting. Bref: si tu gardes un Saint Bernard qui s’appelle Marley ou des Alpagas t’as aussi le droit de garder la grande maison qui va avec et d’inviter du monde.

Été, les Alpages

marley ↑Été 2019: l’ami Marley, un bébé Saint Bernard (véridique) marley2 ↑Été 2019: un cadre incroyable. Les amis, collègues, … étaient aussi de passage.

Hiver, campagne de la Bourgogne

cessiontravail ↑Mars 2019: session de travail à Arquian (Bourgogne). cessiontravail ↑Mars 2019: la voisine qui présente un poulain à Naomi. On gardait une ferme avec 3 alpagas, 25 poules, 3 ponnettes, 3 chats, …

L’option “quand tu peux plus emmener ta maison avec toi”

train ↑Accident de camping car soit disant “irrépable”. Migration temporaire

maroc maroc ↑Décembre 2019. Problème de soleil. On est allé voir l’ami Abdoul.

island macareux macareux2 ↑Îles du Nord de l’Écosse. 2 heures de bâteau.

Le portrait chinois revisité

Le plus surprenant

On a presque rien et on vit super bien. Ce qui me manque pour être au top c’est un four et une vraie douche. Caroline

Le temps s’est ralenti. Cette année est passée comme peut être … les 2-3 années précédentes. J’ai l’impression qu’on est partis il y a 2 ans. Le rapport au temps est étrange quand même. Thomas

Le moment le plus drôle

La fois où Naomi a été super vexée parce qu’elle s’est fait cracher dessus par un des alpagas qu’on gardait. On a dû la réconforter malgré les larmes de rire qu’on essayait de retenir. Caroline

Quand on a été accueilli pour la garde de la maison dans les Alpes et qu’on a rencontré Marley (le saint-bernard de presque 100kg). On a cru qu’il allait gober notre chien tout cru et la propriétaire a dit “non il est tout gentil” alors qu’il se déchênait et que j’ai du le plaquer au sol. Thomas

Le moment What the fuck

Toutes les fois où je me suis fait applaudir et encouragé par des mecs parce que je conduisais le camping car … Caroline

Il y a toujours un truc qui merde au moment des grands départs. C’est genre une loi. Si t’es en hiver et qu’il fait -5°C tu peux compter sur le fait que ta bouteille de gaz va lacher un samedi soir et qu’il y a rien d’ouvert un dimanche. Ou encore: dans les premiers départs si tu es bien isolé ton camping car ne démarre plus parce qu’il y a un problème de batterie. Et (une petite dernière), après une année, quand tu te dis “non mais on est quand même bien rodés”: tu trouves un endroit sublime, isolé, avec une vue magnifique. Et là tu tournes la clé pour te garer et … le moteur ne s’arrête pas. Si si c’est possible. Thomas

Le moment où on a eu le plus peur

La fois où on a descendu le col de la biche et où on a cru que les freins avaient brulé et le camping car avec. Caroline

La descente du col de la biche: grave, ça crêpitait. Thomas

Le moment où on a le plus appris sur nous

Tous ces moments où il y a eu des galères mécaniques. En couple avec un jeune enfant quand le garagiste te dit “votre camping car est irréparable” et que t’es paumé en pleine nature t’as les deux parents qui ont des ailes qui poussent et qui bougent ensemble le monde. La collaboration en couple naturelle et instinctive dans ces moments là m’a beaucoup appris. La routine de la ville, qui te fournit presque tout, ne t’offre finalement pas tant d’occasions de collaborer que ça que ce soit en couple ou avec tes voisins. C’est un confort qui a des impacts secondaires. Thomas

Le fait d’être aussi à l’aise dans un si petit espace au quotidien. Caroline

Le plus amusant au quotidien

Se réveiller dans des lieux différents tout le temps et que si ça plait pas on peut changer. Caroline

C’est l’alternance de mondes. C’est par exemple de passer en moins de 2 heures d’un réveil pieds nu dans la nature à présenter un projet dans les salons “dorés” d’une Préfecture de Région. Thomas

Le plus difficile au quotidien

Etre nulle en cartographie et en orientation…le savoir, essayer que ca change, et constater que c’est pas beaucoup mieux au bout d’un an..! Caroline

Les jours de mauvais temps ne pas savoir si je vais avoir de bonnes conditions pour travailler. Thomas

Le plus agréable au quotidien

Être ensemble, en famille, prendre le temps d’avoir le temps d’apprécier les choses simples: lire, écrire, regarder ensemble les hirondelles, rigoler, inventer des rituels à l’extérieur pour clore les journées bien riches. Avoir le temps et être ensemble: c’est ça. Thomas

Tous les matins à 3 dans notre “cocon”. Ca commence par un réveil ou de deux dans le lit on passe vite à trois, puis le ptit dej’ avec quasi-systématiquement le chant des oiseaux pour nous accompagner, l’odeur du café, les sourires de Naomi et nos cheveux ébouriffés. Caroline

Ce qui nous manque le plus au quotidien

M’échapper et créer avec ma machine à coudre. De manière générale avoir plus de moments que pour moi. Caroline

Pouvoir rejoindre facilement un marché avec pleinnn de bons légumes. Sans avoir à faire une manoeuvre de fou qui prend 2 places dans un endroit où ils roulent comme des dingues pour une raison qui m’échappe puisqu’on est dimanche. Thomas

La suite?

Surprise.

Le thé chaï

Ma recette

À la maison, je prépare souvent du thé chaï. Le chaï une boisson que je trouve impressionnante : le lait apporte cette douceur aux épices qui eux explosent le palais. Douceur piquante.

La recette me vient de Mooji – du quartier de Brixton à Londres – autrefois vendeur de chaï sur le marché - qui lui même l’a rapporté de Tiruvannamalai en Inde où il a vécu. Originaire des Caraïbes, il a l’a amélioré avec de la muscade. A force d’en servir, j’ai fini par découvrir ma recette.

Mais la recette n’est pour moi pas encore totalement satisfaisante : mes papilles ont encore le souvenir du magnifique chaï élaboré à la Tibetan House d’Edinburgh. Chaque après-midi, je m’y rendais pour bouquiner – et c’est peut être aussi pourquoi les souvenirs en sont d’autant plus agréables.

Et aujourd’hui, c’est ma petite fille Naomi qui adore le rituel de préparation chaï: c’est plein de couleurs, ça sent bon les épices, il y a du lait, ça embaume la maison.

Pas après pas

Recette de chai tea

Dans une assiette, mélanger :

  • 2 bâtons de cannelle, « crashed » en plutôt gros morceaux
  • 8 grains de cardamone, coupés en deux dans le sens de la longueur
  • 8 grains de poivre noir
  • 6 clous de girofle
  • une demi-cuillère à café de noix de muscade
  • une belle cuillère à café de grains de fenouil
  • 5 à 10 centimètres de gingembre frais, coupé fin. 5 c’est s’il est gros, 10 s’il est fin.
  • 1/2 gousse de vanille ouverte dans le sens de la longue (ou alors 2 sachets de sucre vanillé)
  • du sucre brun (3 cuillères à soupe s’il n’y a pas de sucre vanillé)

Ça commence à chatouiller les narines et je trouve ça beau: les couleurs, les odeurs, les textures. Si on a un pilon on peut tout écraser, l’odeur qui s’élève en sera d’autant plus riche.

Amener à bouillir 4 tasses d’eau remplies à rabord. Durant ce temps là préparer 3 cuillères à soupes bombées de thé noir massala. Je les place dans un sachet de thé. Et c’est parti : 10 minutes d’infusion, sans les épices. Au bout de 10 minutes, je ne jette pas le thé, je le mets de côté au cas où je souhaiterai encore approfondir le goût par la suite.

Je place l’ensemble des ingrédients dans la casserolle, je mets à bouillir pour 10 minutes. Au bout de 10 minutes j’incorpre lentement l’équivalent de 3 tasses de lait . J’amène à ébulition. Puis je laisse reposer 10 minutes.

Pour un aspect crémeux, j’aime prendre du lait de vache ou du lait d’amande-graines de lin-grains de sésame que l’on prépare nous-même. Ce lait végétal est plus léger, plus facile à digérer.

Je porte à nouveau à ébullition. Dès que ça bout, je l’arrête et j’attends 10 minutes. Ces aller-retours de temps d’ébullition / temps de repos vont donner une texture crémeuse. En fait, plus vous le faites et plus vous laisser reposer, plus c’est crémeux. Je goûte. Au besoin, je remets à infuser quelques minutes le thé massala.

Je filtre le chaï dans une la passoire et presse avec une cuillère en bois. Les épices laissent alors une trainée brune à la surface du lait. Ça sent bon, j’aime bien.

Les épices se déposent lentement. C’est pourquoi avant de le servir il faut un petit peu faire un tourbillon dans le chaï. Quelque chose me dit que ça ne se dit pas comme ça mais on aura tous compris.

Bonne dégustation.

Amitiés.

Thomas

Dialogue ou discussion?

Contrairement à la discussion qui est un échange d’opinions avec une finalité comme le divertissement ou le débat, la nature du dialogue est l’exploration et l’apprentissage.

Le dialogue n’a pas de but prédéterminé. Il apprend. Il questionne. Il découvre. Il s’intéresse à l’inconnu.

Dialoguer, ce n’est pas argumenter en faveur de sa vision du moment en tentant de convaincre les autres à changer.

Ce n’est pas non plus contre-argumenter en relevant les contradictions dans les concepts utilisés par autrui. Ce n’est pas une recherche de conclusion. Ni de consensus.

Le dialogue n’a pas de but prédéterminé.

David et Sarah BohmDavid Bohm (1917-1992) est un pluridisciplinaire connu célèbre pour la théorie des quantums (physique quantique) et ses recherches en neuropshyschologie. Son nom est à l’origine du dialogue de Bohm, une approche libre invitant un groupe de 10 à 40 personnes à explorer la pensée. Moins connue, Sarah Bohm a elle aussi approfondi des travaux sur le dialogue. Ses écrits m’ont touché. explicitent que le dialogue naît du travail conscient sur soi. La discussion est possible en se laissant entraîner par les automatismes de la pensée.

Nous pouvons dialoguer par des regards comme des paroles. Et même sans mouvement.

À l’intérieur de nous-même comme à l’extérieur.

Dialoguons nous avec nous-même ou discutons nous? Et avec nos relations (extérieures) dialoguons nous ou discutons nous? Que favorisons nous?